Avertir le modérateur

  • Les Bleus : Quels sont les joueurs qui parlent une autre langue ?

    Alors que l’équipe de France de football s’apprête à jouer les quarts de finale de la Coupe du monde contre l'Allemagne, nous avons décidé de nous intéresser à leur niveau en langues. Après tout, la plupart d’entre eux sont en séjour linguistique ! Ils jouent en club à l’étranger et vivent en immersion totale…
    Malgré tout, certains ont encore un peu de mal à progresser !

    joie-karim-benzema-15-10-2013-france---finlande-qualifications-coupe-du-monde-2014-20131016094506-4947.jpg

    Hugo Lloris : Le gardien et capitaine des Bleus pour cette coupe du monde 2014 fait figure de bon élève sur le terrain. Recruté par le club de Tottenham en Angleterre, il est fier de confier au micro de beIN Sport qu’il « se débrouille en anglais ».
    Son séjour linguistique à Londres lui aurait donc été bénéfique car peu de temps après son arrivée en Angleterre, il avait annoncé « En anglais, j'ai le niveau d'un élève de 5ème ». D’après lui, ca aurait été plus simple s’il avait mieux travaillé à l’école… lui qui a obtenu un Bac Scientifique ! Une bonne opportunité pour sa fille de devenir bilingue !

    Mathieu Debuchy : C’est l’an dernier que le latéral de l’équipe de France est arrivé en immersion en Angleterre dans le club de Newcastle, là où il a retrouvé quelques compatriotes, ce qui lui a permis de s’adapter plus facilement… Mais a-t-il progressé en anglais ?
    Réponse en interview peu après son arrivée « Nous pouvons parler français mais il est évidemment mieux de faire un effort pour parler anglais. Cependant, c’est difficile pour moi qui suis un véritable débutant en anglais. Je commence à prendre des cours, alors, heureusement, je progresse. J’ai trois cours par semaines et je peux déjà comprendre Steven Taylor ».

    Mamadou Sakho : Le défenseur central des Bleus a quitté Paris l’été dernier pour se rendre, lui aussi, en séjour en Angleterre, à Liverpool. Pour lui, l’immersion sera efficace. Il explique en interview auprès de Téléfoot, « Je prends des cours deux fois par semaine avec une professeur que je connaissais à Paris. A chaque fois, c’est elle qui vient dans ma maison de Liverpool. C’est plus simple pour moi. Et il y a déjà ma femme qui parle anglais. Tout cela m’aide ».
    Et oui, à Liverpool, l’anglais est une langue obligatoire malgré les diverses nationalités présentes dans l’effectif. Il explique au journal le Parisien « Tout le monde doit parler la langue locale. Ce qui est logique. Mais je m’appuie aussi sur Aly Cissokho (ex-joueur de Lyon) qui me traduisent pas mal de choses quand on fait des réunions techniques. Il y a des choses assez pointues que je ne traduis pas encore très bien. Je comprends les grandes lignes mais j’ai besoin de maîtriser tous les détails techniques ».

    Yohan Cabaye : Après 3 saisons à Newcastle (club de Mathieu Debuchy), Cabaye a lui aussi essayé d’améliorer son niveau d’anglais dans un environnement assez français.
    D’après
    l’interview réalisée par Chelsea TV entre Eden Hazard (international Belge) et Cabaye, il arrive à s’exprimer dans un anglais basique avec un accent très français.
    Aujourd’hui de retour au PSG, Yohan va devoir faire des efforts s’il ne veut pas perdre ce qu’il a appris en 3 années !

    Antoine Griezmann : Déjà star dès ses premières sélections en équipe de France, sachez que l’ailier des bleus, à 23 ans, est expatrié en Espagne depuis déjà 10 ans ! "Je mange espagnol, j'ai le rythme espagnol, ma copine est espagnole. Je ne suis plus très à l'aise en français", confie le Bleu dans les pages de L'Equipe. Il ajoute également que "même à son chien, il parle en espagnol". Autant dire qu’Antoine a su profiter de son séjour en immersion !

    Olivier Giroud : L’attaquant de l’équipe de France est arrivé en Angleterre, dans le club Londonien d’Arsenal, il y a déjà quelque temps. Peu après son arrivée, l’émission Téléfoot n’a pas manqué de le féliciter en vidéo pour ses progrès rapides et efficaces en Anglais. Bavo Olivier !

    Karim Benzema : La grande star de l’équipe de France est expatriée à Madrid en Espagne depuis 2009, là où il joue en club. Dès son arrivée sur place, il avait assuré qu’il faisait de bons efforts d’intégration : «Maintenant, quand je rentre à la maison, j’apprends l’espagnol pour mieux communiquer avec mes coéquipiers». Deux ans plus tard, il est déjà capable de jongler entre le français et l’espagnol pour répondre aux questions de journalistes, bien loin des quelques bouts de mots qu’il balbutiait timidement.

    Les autres joueurs de l’équipe de France restent assez discrets sur leur aptitude à s’exprimer dans une autre langue. Certains n’ont d’ailleurs encore jamais eu la chance de partir jouer en dehors de France. Peut-être que l’avenir leur permettra de se perfectionner en immersion totale…

  • Travailler au Canada, ça plaît !

    Le Canada est un des pays les plus appréciés par les français. Le nombre de demandeurs pour un Permis Vacances Travail en est une belle preuve… environ 50 000 personnes pour seulement 6 750 places disponibles. Quelles sont les opportunités qu’offrent le Canada ?

    job-coffee-shopfotolia-mangostock.jpg
    Le Canada d’aujourd’hui est une véritable une terre d'immigration. Sa population vieillit et ils sont très nombreux à partir à la retraite. C’est dans ce contexte que les nouveaux arrivants sont les bienvenus pour combler les postes vacants et en voie de création.

    Néanmoins, il n’est pas si simple d’obtenir un permis de travail temporaire. Tout comme en Australie, le gouvernement a décidé de resserrer les règles encadrant l'embauche d’étrangers. Cette réforme est apparue à la suite d’abus de la part d'employeurs privilégiant souvent des étrangers à des travailleurs Canadiens. L’idée, « être une ressource limitée utilisée en dernier ressort par les employeurs en l'absence de Canadiens qualifiés pour occuper les postes vacants », a expliqué le ministre de l'Emploi, Jason Kenney.
    Il faudra donc désormais respecter certaines conditions afin d’obtenir un permis de travail.

    WORLDiPLOMA propose des séjours linguistiques au Canada d’une année, combinant formation en anglais diplômante et Job sur place. Une belle porte d’entrée au Canada !
    www.worldiploma.com

  • Travailler à l’étranger n’est plus contraignant!

    Alors que l’expatriation des français est au cœur des débats aujourd’hui en France, Hydrogen Group, un cabinet de recrutement opérant à l’international, vient de publier son cinquième rapport Global Professionals on the Move.

    slide-3-1024.jpg
    Intégralité du rapport

    Comme précisé sur l’image, on y apprend que le nombre de personnes prêtes à travailler à l'étranger a doublé en cinq ans : ils seraient aujourd’hui 35% alors qu’ils n’étaient que 16 % il y a cinq ans. Les mentalités changent et la crise économique mondiale y est pour quelque chose.
    Les récits d’expatriation, de plus en plus nombreux sur internet encouragent ceux qui hésitent encore… D’ailleurs 40 % des personnes travaillant à l'étranger ont déclaré n'avoir rencontré aucun obstacle dans le cadre de leur délocalisation, comparativement à 0 % il y a 5 ans.

    Il a également été retenu que 25 % des personnes interrogées ont déclaré que leur expérience professionnelle internationale a amélioré leurs perspectives de carrière (17 % en 2010).
    Enfin, d’après les sondés, les États-Unis sont le pays de destination le plus apprécié, bien que le Royaume-Uni réduit rapidement l’écart.

    Pour avoir des informations concernant nos programmes de séjours linguistiques, rendez-vous sur www.worldiploma.com

Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu